Les Instituts de formation en soins infirmiers et d’aides-soignants de Chaumont, ont ouvert leurs portes aux futures recrues et à leur famille, mercredi 6 février, de 14 h à 20 h. Un moment privilégié pour les 1re et 2e années de l’Ifsi et les élèves aides-soignants qui ont accueilli les visiteurs dans leur quotidien. L’organisation de cet après-midi a été réalisée par les élèves infirmiers de 2e année. Ils avaient prévu plusieurs points de rendez-vous. Petit tour d’horizon avec Myriam et Gilles en 1re année et Victoria, en 2e. Suivez les guides…

  • De l’inscription aux poursuites d’études

Une première salle pour tout savoir de la formation, à commencer par les modalités d’inscription à l’Ifsi, qui ont évolué. Pour simplifier : les personnes avec le bac devront passer par Parcoursup, comme tous les lycéens qui font leurs vœux (jusqu’au 14 mars). Ceux qui dépendront de la formation continue, avec au minimum 3 ans d’expérience professionnelle, tout domaine confondu, passeront un examen (inscription avant le 27 février). Les étudiants avaient préparé des panneaux explicatifs selon les différents profils. Contenus des cours, évaluations, stages, évolutions… Les étudiants étaient parés à toutes les questions ! « On a mis le classeur des cours du 1er trimestre pour que les visiteurs aient un aperçu du travail demandé  », stipule Victoria. « Ah oui, c’est beaucoup de révisions. Il faut vraiment être studieux  », ne manque pas de rappeler Gilles aux futures recrues.

  • Interventions hors les murs

« Le quotidien d’un infirmier c’est aussi les problèmes de santé publique. Nous sommes intervenus à l’Epide, à l’Itep et auprès des autres étudiants de l’IFSI sur des thèmes comme le sommeil, le tabac, les écrans, le vivre ensemble… On avait au préalable conçu un questionnaire pour voir quel point ressortait le plus, selon les publics : 6-14 ans, 18-25 ans et les étudiants », explique Victoria. Une vidéo était également visible à l’amphithéâtre. « On a servi de cobayes ! », lance Gilles. A la rentrée, ces projets de “service sanitaire en prévention primaire” devront être effectués avec des camarades d’autres disciplines (sage-femme, médecin…).

  • Atelier 1 : la prise de sang

Quatre ateliers de découverte étaient proposés aux visiteurs. Le premier consistait à expliquer les différents protocoles afin de réaliser une prise de sang.

  • Atelier 2 : l’hygiène des mains

« Combien de fois devez-vous vous laver les mains par jour ? » « Ouh… On ne compte plus ! » L’hygiène des mains est essentielle pour les infirmiers et les aides-soignants. Un peu de gel hydroalcoolique. On frotte. On frotte. Et on vérifie. En mettant ses mains dans la boîte les zones propres apparaissent en bleu. Des taches noires ? Eh bien ce petit bout de peau n’a pas été lavé…

 

  • Atelier 3 : Un peu d’ergonomie

 

« On a vu ces notions en cours théoriques mais avant de devoir les appréhender en stage, c’est mieux de les pratiquer en ateliers. Comme cela, on sait de quoi on parle. On est plus en confiance. » L’ergonomie est importante dans beaucoup de nos gestes. Une infirmière est une aide-soignante. Nous devons avant tout prendre soin de nos patients ! » Les jeunes femmes font une démonstration. Elles doivent remonter sur le lit une personne hémiplégique, paralysée du côté doit ou gauche. Elles montrent alors les postures à avoir pour un, éviter de se faire mal et deux, éviter de faire mal aux patients. Elle rappelle également que l’aspect « communication » est très important et qu’il ne faut pas le négliger.

  • Atelier 4 : L’ablation des agrafes

« On ne voit pas ça tous les jours. C’est très intéressant ! » Marion, en 2e année, fait une démonstration d’ablation d’agrafes. Le protocole de désinfection d’abord ! Au préalable, sur un chariot, elle présente tout le nécessaire dont elle a besoin avant de commencer. En haut, le propre. En bas, le sale avec différentes poubelles pour le “tri” (déchets normaux, infectieux ou coupants). Puis place à la pratique. Une petite fille, haute comme trois pommes, assiste à la scène. Elle a de grands yeux écarquillés. Une future infirmière peut-être…

  • Et aussi le  CDI : « Claire, c’est notre richesse ! »

« Quand on a un projet, quand on doit réviser, quand on veut être au calme, on vient ici, au CDI. Claire, c’est notre richesse. Elle nous oriente. C’est un pilier pour nous ! » Gilles est sous le charme de la documentaliste. Le fonds documentaire est renouvelé tous les ans et un catalogue en ligne permet à tous les étudiants de savoir ce qui est en stock, ainsi que les nouveautés. Une page Facebook les informe aussi des différentes sorties culturelles à ne pas rater. Ainsi, les 1re années sont allés voir le documentaire “De chaque instant” au cinéma. Les 3e années, ainsi que les aides-soignants, ont opté pour “réparer les vivants”, spectacle joué au Nouveau Relax.

Julie Arnoux