Adrien est le premier “étudiant santé” à avoir bénéficié du logement mis à disposition par l’Agglo à Froncles. Nous l’avons rencontré lors de l’inauguration de l’appartement.

C’est un fait, nous faisons partie de l’Académie de Reims. Les étudiants santé acceptés en stage sur notre territoire devraient donc tous venir de la faculté de médecine rémoise. Mais, on le sait, un pourcentage élevé de jeunes Haut-Marnais, notamment du centre et du sud du département, choisissent d’aller en Bourgogne. A l’inverse, des étudiants dijonnais habitent sur notre secteur. Et, il ne faut pas oublier que le centre hospitalier Sud Champagne s’est rapproché de la Bourgogne en formant un groupement hospitalier de territoire GHT 21-52. Il était donc logique de briser cette frontière et de proposer l’appartement mis à disposition par l’Agglo aux internes et externes également à ceux venant de Bourgogne. Adrien est dijonnais. Arrivé le 2 novembre à Froncles, c’est en Haute-Marne que cet interne a choisi d’effectuer un premier semestre.

«Je suis sur trois sites, ici à Froncles, à Saint-Geosmes et à Fayl-Billot. J’étais donc dans ce logement une semaine sur trois. Je finis mon semestre demain (le 27 avril, ndlr). Je me suis beaucoup plu ici. C’était très diversifié  ; cardiologie, pneumologie, pédiatrie, gériatrie, un peu de gynécologie… J’ai pu voir des cas très différents, ce qui est le propre de la médecine générale», indique Adrien. «En étant dans ce logement à proximité de mon lieu de stage, j’ai pu travailler sereinement, sans faire des allers-retours tous les jours. C’est vraiment idéal pour un étudiant. C’est grand, propre et tout est neuf.»

Il reste encore deux ans et demi d’internat à Adrien. Ce semestre lui a-t-il donné envie de revenir finir ses études ou de travailler sur notre secteur ? «Je suis de Dijon, donc je ne peux pas étudier au centre hospitalier Sud-Champagne et je ne peux pas non plus revenir faire mon dernier stage de médecine générale ici, du moins pas pour le moment.» Pour recevoir des internes de 3e année, les professionnels de santé doivent passer un autre agrément et personne ne l’a encore fait à ce jour. «Quant à y travailler, honnêtement, je n’en sais absolument rien. L’aspect personnel, comme la vie de famille, rentrera aussi en ligne, alors je ne sais pas. Je vais déjà finir mes études.»

Julie Arnoux

Retrouvez plus de renseignements sur le logement “étudiant santé” dans notre édition de jeudi 3 mai.